Site de type portail coopératif

Accueil > Services > Actualités > Trop d’offres locatives

Manosque

Trop d’offres locatives

Source LE MONITEUR.FR

Publié le : jeudi 9 juillet 2009, par Patrick ROUDEIX, Webmestre du site


Trop d’offres locatives dans les villes moyennes : les dispositifs Robien et Scellier mis en cause.

JPEGA Manosque (Alpes-de-Haute—Provence), il y a une surproduction de logements car la demande a été mal estimée dans la perspective du chantier d’Iter.

Selon le Crédit Foncier, l’offre de locations neuves dépasse largement la demande dans une soixantaine de communes en France. En cause, la morosité économique et des dispositifs Robien et Scellier qui entraînent une forte baisse des loyers dans certaines régions.

Dans une soixantaine de communes de plus de 50.000 habitants, l’offre locative est largement supérieure à la demande", a déclaré à l’AFP Jean-Michel Ciuch, directeur des études immobilières au Crédit Foncier. Le Crédit Foncier cite en exemple des villes comme Dijon, Le Mans, Perpignan, Mulhouse, Valence ou Clermont-Ferrand, dans une étude reçue mardi.

Cette offre trop abondante entraîne une baisse des loyers dans certaines régions.
"Ils ont pu reculer jusqu’à 15% sur un an entre juin 2008 et juin 2009 notamment en Aquitaine, Alsace, Limousin et Poitou-Charentes", selon M. Ciuch. "Entre juin 2009 et juin 2010, les loyers pourraient à nouveau perdre 10% dans ces régions", a-t-il ajouté.

La dégradation économique pèse sur la demande locative. "L’offre est de plus en plus inadaptée à la capacité financière des ménages. Alors que la demande se situe entre 6 et 13 euros le mètre carré mensuel, l’offre est proposée entre 11 et 25 euros", a expliqué M. Ciuch.

Par ailleurs, les dispositifs Robien et Scellier "ont généré un afflux de produits inadaptés dans des zones où les propriétaires ont peu de chance de louer et donc de bénéficier de l’avantage fiscal prévu", selon le Crédit foncier.

Dans un communiqué, le nouveau secrétaire d’Etat au Logement et à l’Urbanisme, Benoist Apparu, a pris la défense du dispositif Scellier en rappelant que le gouvernement a tenu compte des excès du précédent dispositif mis en exergue par un rapport parlementaire.

Benoist Apparu souligne notamment que le Conseil de modernisation des politiques publiques du 4 avril 2008 a décidé de recentrer les aides fiscales à l’investissement locatif privé sur les zones où la demande de logement locatif est importante. "Cette décision a été confirmée dans la loi : seules environ 5400 communes sont éligibles au dispositif" explique-t-il.

Source LE MONITEUR.FR
SUR LE MÊME SUJET :
- Benoist Apparu aux promoteurs : « Construire davantage et mieux »
- Plus de 80.000 logements vendus en 2009, selon le président des promoteurs
- Investissement locatif : les zonages sont définis